La lettre du vice President

7 septembre 2010 - 23:34

Pour en finir avec KNYSNA

Pour en finir avec KNYSNA

 

Il est rare qu’un petit club comme nous ait à s’exprimer sur un événement aussi grave pour notre football hexagonal. Mais les conséquences sur la formation de nos joueurs, notre club, notre district, notre ligue et notre fédération sont si importantes que nous ne pouvons passer sous silence nos réflexions.

 

 

Au soir de l’ultime match, Nous ne pouvions que constater les dégâts et compter les cadavres de cette défaite annoncée.

 

Beaucoup n’ont vu ou ne veulent voir dans cette déroute que la faute d’un seul homme : Raymond Domenech  ou d’un système : le conseil fédéral, voire des deux. Ce serait aller vite en besogne : Il ne faut tout de même pas oublier que c’est ce même attelage qui nous conduisait en finale quatre ans plus tôt.

 

Chacun va de sa recette pour améliorer les résultats et redevenir compétitif. Virer Domenech ! … mais c’était déjà fait. Changer le président ! …. il a démissionné. Virer le conseil fédéral et professionnaliser la structure en la mettant dans les mains des professionnels, ça n’a pas eu lieu, heureusement.

 

Certes ces personnes ou ces structures ont leur part de responsabilité. Domenech parce qu’il s’est fait dominer par ses joueurs cadres et n’a pas mis les bon joueurs à la bonne place. Le président de la fédération, parce qu’il a fait l’erreur de nommer Laurent Blanc trop tôt et de détruire le peu de crédibilité et de pouvoir qui restait à Domenech.

 

Mais le conseil fédéral a-t-il une responsabilité ? Et doit-on le remplacer par une structure qui laisserait plus de pouvoir au professionnel face aux amateurs ?

Je répondrai non car ce conseil avant de confirmer Raymond Domenech dans ses fonctions après l’Euro avait pris conseil auprès du DTN Gérard Houllier et d’Aimé Jacquet ainsi que de Michel Platini et c’est après avis de ces professionnels reconnus que l’unanimité s’est faite au sein du conseil qui pourtant était divisé. Comme quoi, la professionnalisation n’apporte parfois pas plus de lumière.

De plus faire démissionner le conseil fédéral uniquement parce que l’équipe de France joue mal est une aberration : c’est méconnaitre le rôle de la Fédération Française de Football L’équipe de France, même si elle est médiatique, est une infime tache comparée à l’ensemble des sujets dont elle s’occupe.

Quant à une nouvelle répartition des pouvoirs au sein de la FFF, ce n’est qu’un vieux serpent de mer que le monde du football professionnel agite sur le cadavre encore fumant de l’équipe de France.

 

 

 

 Nous l’avons vu, professionnalisme n’est pas forcement synonyme d’efficacité, voire de vision juste. La FFF est, et doit rester sous le contrôle du monde amateur seul garant du bien commun. Je sais que la ligue de football professionnel apporte beaucoup financièrement à la FFF si l’on compare à la ligue de football amateur. Mais l’argent ne doit pas primer quand il s’agit  d’intérêt général  a fortiori  quand il s’agit d’une délégation de service Public.

 

Alors si ce n’est ni totalement Raymond Domenech, ni totalement le président de la FFF et encore moins le conseil fédéral qui sont responsables du fiasco, Qui est-ce ?

 

Et si c’était la qualité technique et morale de nos joueurs. Et si nous avions, tous, failli dans leur préparation, dans leur éducation. La question vaut d’être posée !

 

Au moment où j’écrits ces lignes, l’équipe de France a changé de sélectionneur et a perdu lamentablement ses deux premiers matchs de la nouvelle ère qu’on nous annonçait radieuse.

Laurent Blanc pour lequel j’ai beaucoup d’estime a  dit avec justesse, en réponse à un journaliste,  que rebâtir une équipe de France demanderait de nombreux mois et peut être ne se réaliserait jamais.

 

Lorsque je regarde jouer cette équipe et que je la compare à l’équipe d’Espagne, je trouve que la qualité technique n’est pas exceptionnelle. On a beau m’expliquer qu’on a des joueurs hors du commun, je n’en suis pas sûr. Physiquement, ils sont costauds ! Mais, techniquement, à quelques exceptions prés, ils sont incapables de désorienter une défense bien en place. Ceci demande une vision du jeu, une habileté technique et une capacité à voir avant les autres. Ces qualités, les espagnols les ont. De plus, ils jouent, pour beaucoup, dans  seulement  deux   clubs ce qui fluidifie encore plus leur jeu et l’accélère.

 

J’ai l’impression que la plupart de nos joueurs on été coulés dans le même moule, que l’on a privilégié la stature athlétique au niveau technique. L’an dernier encore Didier Deschamps préférait Abriel à Valbuena avant de s’apercevoir que Valbuena était seul capable de déstabiliser une défense regroupée et en place comme maintenant c’est la règle.

 Nous avons bâti notre succès de 98 sur une défense fabuleuse qui d’ailleurs a beaucoup marqué de but en 1/8, 1/4 et 1/2  en attendant que le grand talent qu’était Zidane ne se révèle totalement en finale et que des attaquants performants apparaissent. Nous ne sommes plus ce que nous étions et il ne reste plus qu’à reprendre les vieilles recettes qui ont fait notre succès.

Cependant le Football a changé et ces vieilles recettes ne suffiront pas. En tant qu’éducateur, ces événements on changé ma vision et ma façon d’entrainer. Je fais toujours des jeux pour développer le physique et d’autre pour améliorer la technique mais la proportion n’est plus la même. L’autre élément est la connaissance tactique, entre autre au plan défensif, et il semble à mon humble avis que nous débutons trop tardivement cette culture chez nos joueurs.

 

Enfin il reste un domaine fondamental où nous avons échoué, et le triste épisode du bus de Knysna en est la preuve,  c’est au plan moral.

Cela fait des années que nous voyons évoluer nos enfants et quand je les regarde je ne suis pas surpris de ce qui s’est passé. Quel éducateur n’a pas passé sur l’individualisme forcené d’un de ses joueurs sous prétexte que c’est la société qui évoluait ainsi ou parce qu’il jouait bien et qu’il pouvait nous faire gagner le match. Eh bien ce temps est révolu. Il est temps de revenir aux valeurs collectives qui on fait notre force. De privilégier la solidarité face à l’individualisme. Le travail face à la facilité, L’intelligence du jeu face à l’automatisme et enfin la responsabilité face à la démission.

 

Si nous faisons cela, alors nous pourrons redevenir une grande équipe

 

 

 

Jean-Michel Poimboeuf

Vice Président

ASPTT Hyères Football

Commentaires

POULE A SAISON 2017 / 2018 D2 (EX P.H.B)

 - PUGET SUR ARGENS 1

- LA VALETTE 2

- MAR VIVO 1

- FLASSANS 1

- LORGUES 1

- PAYS DE FAYENCE 1

- SC NANS 1

- GARDIA CLUB 2

- BARJOLS 1

- ROQUEBRUNE 1

- ASPTT HYERES 1

- SOLLIES FARLEDE 1

 - CANNET DES MAURES 1

- SC DRAGUIGNAN 2

LE CLUB RECHERCHE DES FÉMININES